Lorsque l’on est naît dans une culture et que l’on y a baigné dedans, il me paraît difficile voire impossible de ne pas avoir certains automatismes ; encore plus en matière culinaire…… cette odeur de poivron qui cuit, d’ail, de tomates, de chorizo et d’huile d’olive me transporte sans nul doute aux confins du bassin

Share