,

Moi, Imalo tortue marine

3 ans se sont écoulés ;

il est temps pour moi de repartir vers ma terre natale afin d’y pondre ;

je le referai de nombreuses fois puisque j’ai une espérance de vie de 150 ans, à moins que je ne rencontre l’un de mes prédateurs majeur : l’homme ;

 

je me prends parfois les pattes dans ses filets et ensuite impossible pour moi de m’en sortir ; ou bien je tombe malade à cause de détritus multiples et variés que j’avale pensant que c’est une méduse ; je pense évidemment aux sacs poubelles qui peuplent mon univers ;

la pollution chimique est également néfaste pour mon peuple ;

je me souviens de ma vieille copine, rencontrée au tréfonds du Costa Rica, qui s’en est allée le corps rempli de métaux accumulés dans presque tous les organes ; elle avait chopé une forme de fibropapillomatose ;

la chasse non plus ne nous réussit pas ;

bien sur, depuis les accords de Washington signés en 1981 c’est devenu du braconnage ; mais objectivement, pensez-vous qu’il ait réellement cessé ?

En Inde, en Indonésie, au Costa-Rica, au Mexique, au Nicaragua, en Haïti ils nous aiment toujours autant ; et encore je ne parle que des pays que je connais et ou j’ai perdu de nombreux amis….

mais bon ;

je suis enfin arrivée sur l’île de Mohéli dans l’Océan Indien ; j’y suis née il y a de nombreuses années et ma fratrie était nombreuse ;

pensez-donc, nous étions une centaine de jeunes tortues courant, de toute la force de nos minuscules pattes, sur la plage pour éviter les oiseaux qui fondaient sur nous à la vitesse de l’éclair ; nombre de mes frères et soeurs y ont laissé « des plumes » et n’ont jamais pu atteindre l’Océan salvateur ;

pourtant, nous sommes conditionnées depuis des millénaires pour nous diriger vers l’eau, lorsque nous naissons et que nos coquilles éclosent, uniquement à la nuit tombée ;

nous sommes attirées, je dirai même « aimantées » par le jeu de Dame Lune sur les vagues ; c’est tellement beau que j’en pleurerai si je le pouvais….tout cet horizon tellement chatoyant mais en même temps si harmonieux…

je me souviens, lorsque j’ai enfin atteint le rivage il a fallu que je me mette à nager vite, si vite… mais ce n’était pas un réel problème car à peine dans l’eau j’ai trouvé le mouvement juste et j’ai su adapter ma respiration ;

le vrai problème a été de trouver suffisamment de ressources en moi pour atteindre les eaux profondes sans rencontrer de méduses ou de calamars géants qui m’auraient volontiers croquée pour leur petit déjeuner ;

je m’en rappelle bien, j’ai nagé 5 jours entiers ;

ensuite, j’ai rapidement compris que le requin tigre et ses cousins n’étaient pas mes amis ; la preuve en est, la longue « cicatrice »que j’ai sur ma carapace ; je ne dois mon salut qu’à un banc de dorades coryphènes qui lui semblaient faire un meilleur hors-d’oeuvre que moi….

that’s life and the show must go on comme disait mon ex !

je vais me mettre à gratter dans le sable pour pouvoir faire un nid qui ressemble à quelque chose ;

épuisant ;

je dois racler le sol humide et chaque fois que je le fais, cela me fait mal car mes pattes ne sont guère habituées à un tel traitement ;

mais je le fais lentement et consciencieusement ; personne ne pourra dire que moi, Imalo, je n’ai pas « assuré » pour ma descendance ;

ensuite, je me nicherai dans ce sable mouillé et me mettrai à pondre ;

de nuit ;

nous sommes comme ça nous les tortues marines ;

nous sommes discrètes ; ensuite, il faudra que je me sorte de mon espèce de nid avec mille précautions pour ne pas abîmer mes futurs rejetons ;

et, à l’aide de mes « rames » je recouvrirai mes oeufs pour leur assurer le plus de chance de survivre ; personne ne les apercevra vu du ciel ; il ne me restera plus qu’à croiser les doigts pour qu’aucune mangouste ne viennent les déloger et s’en goinfrer ;

je me connais bien ; mes oeufs écloront dans environ 10 semaines ; tous en même temps ; cela sera alors une joyeuse débandade vers la mer ;

dommage que je ne sois pas là pour profiter du spectacle….

j’espère que ma portée sera cependant nombreuse malgré les lumières allumées par l’homme ;

l’urbanisation qu’ils appellent ça ; mes bébés seraient dans ce cas attirés vers la terre ferme et mourraient….

et je repartirai lentement car fatiguée vers mon lieu de résidence actuel : l’Océan pacifique ;

 

 

J’aime bien ça !

crédit photo : JBCDB & JFV & DP

et sur Facebook...
  • 0

    Overall Score

  • Reader Rating: 0 Votes

About dumè B

Vagabonde dans l’âme et voyageuse parfois par obligation, j’ai eu envie d’écrire il y a déjà longtemps ;le premier prétexte venu m’a intéressé et c’est pour cela que vous avez longtemps trouvé des recettes de cuisine ici ; un peu d’ici, un peu d’ailleurs selon l’humeur du moment et l’air du temps ; mes 37 déménagements m’ont effectivement donné quelques ressources quant à la façon d’accommoder racines et rhizomes divers et variés ;

You May Also Like

2 comments on “Moi, Imalo tortue marine

  1. Hey, les photos sont superbes, on voit meme les oeufs. C’est toi qui les as prises?

  2. non, hélas je n’ai pas eu cette chance ! ma moitié d’orange a assisté à cette cérémonie nocturne et c’est son pote JF qui a eu la présence d’esprit de photographier cet instant magique ;
    ce jour là, ils avaient nagés en compagnie de baleines…..

Participez à la conversation !