À PROPOS...

Vagabonde dans l’âme et voyageuse parfois par obligation, j’ai eu envie d’écrire il y a déjà longtemps ; le premier prétexte venu m’a intéressé et c’est pour cela que vous avez longtemps trouvé des recettes de cuisine ici ; un peu d’ici, un peu d’ailleurs selon l’humeur du moment et l’air du temps ;

Abonnez-vous
Rechercher une recette ou un billet
Catégories

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rouelle de porc aux pommes et petits choux

FéculentsViandes
24 novembre 2009 / By / 3 Comments

Une petite virée au marché, même au pas de course est toujours un moment particulier ; l’on y retrouve les petites dames sur le pont depuis déjà des plombes mais parfaitement pomponnées qui vous accueillent avec un franc sourire tandis que les messieurs vous donnent un petit mot gentil avec leur “papier maïs” au coin des lèvres ;

de concert, ils mettent en valeur le produit très frais et dont “je leur dirai des nouvelles”… ça semble couler de source pour eux ; le département voisin est bien connu pour ses cultures maraîchères ;

mais leur atout premier est qu’ils possèdent le bon sens paysan, une pointe de discernement et un minimum de jugeote…

à leurs yeux un marché automnal se doit, par définition, de ne vendre que des produits d’automne ; les cultures sont rythmées par les saisons et tous les agriculteurs on les yeux tournés vers le ciel ; depuis la nuit des temps d’ailleurs ; et juste au bord de l’hiver on trouve aisément sur les étals des pommes et des choux ;

le XXI ème siècle semble avoir trouvé un nom pour cette discipline, pardon ? comment avez-vous dit ?

vignes en automne

Vous avez besoin

1 rouelle de porc d’environ 1,3 kg

6 pommes de terre

1 livre de choux de bruxelles

4 pommes

5 cuillères à soupe de très bon vinaigre de vin

huile d’olive

1 cuillère à soupe de miel

5 cuillères à soupe de sauce soja kikkoman

poivre du moulin

rouelle de porc

rouelle de porc aux pommes et aux petits choux

Commencez par faire de grosses incisions dans la couenne de la rouelle de manière que le pourtour soit bien grillé ; de plus cela permettra l’écoulement du gras superflu et parfumera les légumes ; allumez votre four à 190° C (Th 6) et choisissez dans votre placard un grand plat à four et déposez la viande ; mettez les pommes de terre soigneusement brossées mais pas épluchées ; vous rajouterez les pommes fruits bien rincées à 20 mn de la fin de la cuisson ; un peu d’huile d’olive, de préférence sur les pommes de terre, la sauce soja, le vinaigre et, pour terminer, poivrez votre préparation ;

enfournez pour 50 mn ; revenez vérifier au bout de 30 mn, couvrez éventuellement et rajoutez du liquide si nécessaire (j’ai rajouté l’équivalent d’un verre à moutarde d’eau) ; si votre plat est en porcelaine prenez soin de ne rajouter que du liquide très chaud, sans quoi votre plat risquerait de se fendre !

les choux de bruxelles après les avoir nettoyés et effeuillés, je les ai fait cuire à la vapeur pendant 40 mn puis rajoutés dans le plat pour qu’ils s’imprègnent bien du jus de cuisson *; c’est à ce moment là que vous verserez la cuillère de miel pour que la préparation caramélise sans pour autant accrocher au fond du plat ;

4 personnes se sont régalées mais pas suffisamment à mon goût puisqu’il en restait pour au moins deux personnes ;

* un peu à part puisque l’un des convives n’appréciait pas vraiment ; je suppose que vous pouvez les mettre au début en prenant soin toutefois de les blanchir au moins 5mn ;

– – – – – – – – – –

le clin d’oeil du jour : sur cette page, l’art de l’effeuillage burlesque afin d’adopter « la pin-up attitude » !

– – – – – – – – – –

 

et sur Facebook...

Vous aimerez aussi

bobotie
Le bobotie d’Afrique du Sud
28 juin 2017
risotto aux crevettes & maracuja
Risotto aux crevettes et maracuja
5 juin 2017
lapin à la moutarde ancienne
Lapin à la moutarde ancienne
15 avril 2017

3 Comments

  1. gracianne dit :

    J’aimerais avoir des marchés comme ca, par chez moi. Mais ma région n’est pas très productrice de légumes. Du coup, il faut se faire sa saisonnalité tout seul, avec ce qu’on trouve et les produits des jardins alentour. C’est bien aussi remarque, ça oblige a réfléchir un peu, à se restreindre devant l’abondance de produits proposés hors saison, à apprendre aux enfants que non, décidement, ce n’est pas la saison des fraises.
    Jolie, la photo des vignes.

  2. douxmets dit :

    réfléchir un peu et se restreindre devant l’abondance, maîtres mots de l’époque actuelle…
    pas toujours simple face aux « générations montantes » mais c’est aussi leur inculquer un certain type d’éducation ainsi que des valeurs toute bêtes mais pleines de bon sens ;
    à nous de ne pas perdre le fil ;
    merci pour la photo, je profite de cette saison que je n’ai pas vu depuis plusieurs années pour me remplir les mirettes ;
    et il y a de quoi, crois moi !

Participez à la conversation !

%d blogueurs aiment cette page :