À PROPOS...

Vagabonde dans l’âme et voyageuse parfois par obligation, j’ai eu envie d’écrire il y a déjà longtemps ; le premier prétexte venu m’a intéressé et c’est pour cela que vous avez longtemps trouvé des recettes de cuisine ici ; un peu d’ici, un peu d’ailleurs selon l’humeur du moment et l’air du temps ;

Abonnez-vous
Rechercher une recette ou un billet
Catégories

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Un poulet au gingembre… entre autres choses

Around the worldPacifique SudViandes
20 juin 2008 / By / 4 Comments

Je suis née ici ; dans cette forêt luxuriante et toujours fraîche ;

le matin, dés potron-jacquet je m’enfonçais à l’intérieur des terres ramasser les fruits qui faisaient notre quotidien ; nous nous nourrissions de mangues, de goyaves, de caramboles et de pomelos ; de taros, de noix de coco, d’ ignames, de papayes et dans la bonne saison de lychees ; curieux arbre qui ne daignent partager ces pépites de douceur qu’une année sur deux…

et le fruit de l’arbre à pain, vous-en souvenez vous ? rôti, il avait une saveur particulière ; ce n’est qu’en grandissant que j’ai compris qu’il avait le goût des céréales torréfiées ;

les bananes faisaient aussi partie de notre ordinaire ; les régimes mûrissaient tous en même temps et, nous les enfants, raffolions du fruit cuit dans sa peau sous la cendre ;

et même s’il nous était défendu de jouer avec le feu, nous construisions nous même un four en creusant la terre ; ensuite quelques écorces de palmiers bien sèches recouvertes de galets brûlants ; il nous arrivait de voler un peu de bois mais nos pères savaient le surveiller ;

le frère d’Imalo était le plus merveilleux pêcheur de la tribu ; dés potron-minet il partait avec sa sagaie vers la mer ; elle ne lui faisait pas peur et dans une autre vie il avait du naître poisson ; il était tellement adroit qu’il était capable de harponner un poisson la nuit dans le lagon ; juste au bruit de ses nageoires ; son retour était toujours une grande fête pour nous les enfants ;

il offrait souvent à Imalo le plus petit « picot » qu’il avait péché ; bien enveloppé dans des feuilles de bananiers il rejoignait les bananes cachées dans notre four : le bounia ;

notre secret était aussi bien gardé que le four enfoui dans la terre ;

.

bougna

  pendant la saison des alizés les noix de coco tombées des arbres rajoutaient une touche de bonheur à notre cuisine clandestine ;

brisées à grand coup de cailloux puis râpées la chair se transformait en un lait onctueux ; il donnait une saveur particulière aux morceaux de taros qui accompagnaient le poisson ;

il fallait rajouter de la terre, puis un tas de branches de palmier sur le trou pour que la fumée n’ apparaisse pas ;

bounia

l’ouverture du four de terre était un grand moment ; Imalo savait toujours ou cueillir puis tresser les plus longues feuilles du pandanus, les fleurs les plus fraîches de frangipaniers ;

je me souviens du pétillement dans les yeux de Ndoui ; nous étions si fiers ;

les parfums s’ entremêlaient, les saveurs se mélangeaient doucement, longtemps ;

plus tard, j’ai compris que c’était ça l’essence de la cuisine ;

du temps,

de la patience,

de bons produits ;

Vous avez besoin

le mieux, serait de trouver un poulet bicyclette ; un poulet qui a couru, musclé quoi !

sel pimenté

25 cl de lait de coco

25 cl de vin blanc

soyo

huile d’olive

2 citrons

3 oignons

1 doigt de gingembre frais

1 poulet

 

Coupez le en morceaux et faites le Mariner avec le gingembre pelé et râpé, les oignons tranchés, le zeste et le jus des citrons, un soupçon d’huile d’olive d’excellente origine et 2 ou 3 cuillères à soupe de sauce soja (Kikomman, les bases, toujours les bases ) et du sel pimenté ;

Mélangez bien et oubliez sur le bord du comptoir pendant 30 minutes ;

puis, Égouttez et Épongez les morceaux de viande ; faites Dorer dans un peu d’huile d’olive ;

Rajoutez ensuite le vin blanc, le lait de coco ainsi que la marinade ;

Mettez au four préchauffé à 80°C pendant environ 2 h ;

au sortir du four, Retirez les morceaux de viande et Plongez votre mixer dans la sauce ; faites Réduire jusqu’à la consistance souhaitée ;

un peu de riz au rice cooker Cuit lui aussi avec du lait de coco et décoré de tranches de mangues…

J’aime bien ça ;

et sur Facebook...

Vous aimerez aussi

Petites cailles au chou et aux raisins
Petites cailles au chou et aux raisins
26 septembre 2016
lapin en sauce à la polenta
Joli lapin préparé en civet
19 septembre 2016
poitrine de porc laquée & croustillante
Poitrine de porc laquée croustillante
28 août 2016

4 Comments

  1. Anonyme dit :

    Alors là bravo! c’est beau, comme un réveil au soleil…je me sens toute petite là…une potron minet de talent d’une grande.

  2. Garance dit :

    Dominique as tu reçu le Magazine Cuisine P@ssion ? ça fait un bon moment que je l’ai envoyé …en espérant qu’il arrive a bon port..
    je suis desolé je suis tellement debordée que je n’ai pas donné la date d’envoi…
    desolé
    bientot pour de nouvelles histoires , les tiennes sont bellles et nostalgiques , j’aime ça
    garance
    mon mail a changé
    garance7@gmail.com

  3. Gracianne dit :

    Bravo les filles pour votre travail du matin. J’ai bien aime le texte de Tifenn, le tien me fait bizarrement penser a ‘La guerre des boutons’, en plus exotique.
    En plus la recette qui l’accompagne est vraiment sympa et facile.
    Il est bien ce blog!

  4. Tifenn dit :

    Alors là bravo! c’est beau, comme un réveil au soleil…je me sens toute petite là…une potron minet de talent d’une grande.

Participez à la conversation !

%d blogueurs aiment cette page :