À PROPOS...

Vagabonde dans l’âme et voyageuse parfois par obligation, j’ai eu envie d’écrire il y a déjà longtemps ; le premier prétexte venu m’a intéressé et c’est pour cela que vous avez longtemps trouvé des recettes de cuisine ici ; un peu d’ici, un peu d’ailleurs selon l’humeur du moment et l’air du temps ;

Je trouve pour vous….
et, mi, non at Aenean libero quis

Jeunes oies aux épices et au miel

Viandes
9 novembre 20096 Comments

Il était parti accompagner sa benjamine chez son ami ; il savait bien que ces quelques jours passés chez lui seraient des instants de grands bonheur pour la jeune personne ; pas évidente cette métamorphose pour elle, mais il était convaincu que de cette chrysalide naîtrait une personne “de bien” ;

il espérait cependant que cet amour immodéré pour les animaux, cette patience et ce respect c’est de lui qu’elle les tenaient ;

ce qu’il avait essayé de transmettre à ses enfants c’était une vision objective de la situation, sans misérabilisme ;

l’élevage ainsi que la production d’animaux domestiques sont faits par l’homme et pour l’homme afin d’assurer leur autosuffisance ; sans mièvrerie dans les sentiments ;

elle savait que le bétail qu’elle prenait plaisir  à nourrir et  à soigner était destiné à l’assiette ; d’ailleurs, elle l’avait déjà maintes fois aidé à abattre un animal malade ou blessé ;

pourtant elle allait passer des moments inoubliables au milieu du poulailler et dans la bergerie ;

Vous avez besoin

1 oie de 2,5-3 kg

4 cuillères à soupe de matière grasse

5 ou 6 cuillères à soupe de miel liquide

2 cuillères à café de 5 parfums
2 oranges
5 cuillères à café  de zeste d’orange

1 /2 bouteille de vin blanc sec

sel & poivre du moulin

 

Préchauffez votre four à 210°C (th. 7) ; mettez la volaille (vidée, bridée par le volailler, éliminez le bréchet et laisser la peau du cou un peu longue ) dans un plat ;

pressez la première orange, mélangez avec le miel et les épices asiatique 5 parfums, en badigeonner l’oie à l’aide d’un pinceau ; assaisonnez à votre convenance et saupoudrez d’un peu de zeste d’orange râpé ;

ajoutez 4 cuillères à soupe d’huile neutre (ici l’huile d’arachide convient tout à fait ) à défaut de graisse d’oie et le jus de 1 orange ; faites-la cuire 2 h en la retournant régulièrement et en l’arrosant ;

ajoutez le jus de l’autre orange ainsi que le vin blanc sec à mi-cuisson ;   si vous avez l’impression qu’elle colore trop vite, recouvrez-la d’une feuille de silicone utilisée en pâtisserie ;

elle a l’avantage de passer dans le lave-vaisselle et d’être réutilisable à loisir ;

laissez reposer l’oie environ 20 mn tout en la gardant au chaud, puis découpez-la ; la peau croustillante et bien dorée que c’en est un vrai bonheur ! servez avec des légumes rôtis ou bien le plat mitonné ce jour là… à suivre donc !


et sur Facebook...

Vous aimerez aussi

la tourte au chapon de Grignols
Leftover, la tourte au chapon de Grignols
6 janvier 2018
Le chapon de Grignols avec sa sauce aux cèpes
26 décembre 2017
filet mignon aux saveurs asiatisantes & cuisson douce
Filet mignon légèrement asiatisant avec une cuisson merveilleuse…
8 novembre 2017

6 Comments

  1. Gwen dit :

    Moi, je suis un peu mièvre, alors je ne pourrais pas abattre un animal que j’ai élevé… Donc, j’aurais peut-être des poupoules pour les oeufs, qui finiront en très vieilles poules trop coriaces pour être mangées…
    Mais comme je suis une gourmande, j’hérite des volailles de mon Papa ! Avec du miel et des épices, comme çà, c’est à tomber 🙂

  2. gracianne dit :

    Bon, je ne pourrais pas la tuer, a moins d’avoir très très faim. La plumer, la vider, sans problèmes. Et la manger laquée de cette façon, alors la, plutôt deux fois qu’une!

  3. mayacook dit :

    Les choses de la vie en effet, mais pas toujours facile à faire surtout quand on est jeune….Dire que je n’ai jamais mangé d’oie…j’aimerais que celle-là soit la première!

  4. Moi non plus, je n’ai jamais mangé d’oie. Et celle-là, j’aimerais non seulement la déguster, mais la cuisiner comme cela doit être un grand plaisir préliminaire!

  5. douxmets dit :

    mais non Mamzelle Gwen du tout ; mais dans un élevage il y a toujours des petits favoris qui meurent de leur belle mort ; et puis les oeufs se transforment parfois en poussins tu sais…
    😉
    et les vieilles poules sont délicieuses dans les plats mijotés ;
    la jeune fille en question a une grande expérience avec les caprins et ne suis pas certaine que les volailles soient sa tasse de thé ; elle a juste intégré que c’est un cycle normal ;
    Gracianne et Maya vous avez raison, tentez l’expérience ; elle en vaut le coup ;
    🙂

  6. Joli texte pour introduire une recette qui semble délicieuse 🙂

Participez à la conversation !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tristique eget non elit. dapibus amet, sed
%d blogueurs aiment cette page :