9 juin 20119 Comments

Le lendemain de mon arrivée à Pékin, j’ai reçu l’une des plus plus terribles et l’une des plus tristes nouvelles de mon existence ;

et, après l’abattement et l’hébétude que pourrait donner un grand coup sur la tête, la vie a repris ses droits ;

après cette immense tristesse qui m’assaillait de toute part et me laissait sur le flanc, la vie a repris ses droits ;

la vie ne nous laisse pas sur le bord du chemin ; elle nous accompagne tant bien que mal et nous aide à nous relever ; je le réalise brusquement comme si c’était une évidence tapie dans l’ombre ;

 

 

et le printemps de Pékin m’a de nouveau souri ;

j’ai apprécié entrecouper nos longues promenades, d’un bol de nouilles sur le bord de la rue ;

j’ai aimé me remplir les yeux de ces temples, de ces hutongs dont mon frère, à coup sur, aurait su m’expliquer l’architecture et l’histoire ;

j’ai adoré déguster un canard laqué avec ma fille, Héloïse et ma cousine puis ensuite réaliser que j’avais passé un moment enchanteur ;

 

 

la floraison des pivoines aux mille formes a atténué ma peine ;

 

 

et, je me dis que mon frère m’a fait une fois de plus un très beau cadeau : une parcelle de son extraordinaire force….

et sur Facebook...

Vous aimerez aussi

rosier Pierre de Ronsard
Lorsqu’elle était petite fille…..
25 janvier 2017
Lettre ouverte à Catherine
8 mars 2015
femmes aux Comores
Femmes aux Comores
18 novembre 2011

9 Comments

  1. auntie jo dit :

    Oui, tu as raison : « la vie ne nous laisse pas sur le bord du chemin ; elle nous accompagne tant bien que mal et nous aide à nous relever »
    Je t’embrasse ma Dumé

  2. Bige dit :

    Que dire ? Que te dire ? Que cette impression d’avoir pris 1 coup de poingt dans le ventre, je la connais que trop bien depuis novembre ? Même si, oui, la vie continue. 1 petite parcelle de toi, comme de moi, s’en est allée avec eux. On souffle un grand coup et, hop, on repart ?!

  3. brigitte dit :

    oh oui la floraison des pivoines….
    Les gens que l’on aime ne partent jamais totalement tant qu’on les porte en nous
    bises attristées Dumé, keep going

  4. marylène dit :

    Le couperet n’est pas passé loin de Guillaume, notre dernier, ce sentiment de terreur, et d’hébétude me colle encore. Et pourtant, il me semble qu’une force extérieure me porte et me fait aller de l’avant. Toutes mes pensées t’accompagnent biz

  5. Loul@ dit :

    Ton message est porteur de tant d’amour que j’en ai les larmes aux yeux.

  6. bergeou dit :

    Comme Joëlle je trouve cette phrase très juste « la vie ne nous laisse pas sur le bord du chemin ; elle nous accompagne tant bien que mal et nous aide à nous relever » …
    des bises

  7. mayacook dit :

    Plein de courage et de douces pensées!

Leave a Reply

leo. Aliquam Lorem velit, Nullam adipiscing ipsum ante. libero nec quis diam