Rhum arrangé au chasselas de Moissac

Pour certains, il est de bon ton de déguster le rhum arrangé dans sa tasse de café ; en effet la sensation de chaleur laissé par le café chaud exacerbe les saveurs du rhum et révèle son opulence ;

pour d’autres, un joli verre très fin se suffit à lui-même car il permet d’admirer la limpidité et la brillance du rhum ; et Le buvant, partie en contact avec la bouche, doit être fin pour se faire oublier au contact des lèvres. Ainsi l’alcool sollicitera directement les zones gustatives de la langue, procurant le maximum d’intensité dans la perception des saveurs.

je me garderai bien de juger ces pratiques qui mettent seulement en valeur le souhait de gourmandise des uns et des autres….

mais pourquoi vous proposer du rhum arrangé au chasselas ?

rentée de l’Océan Indien depuis à peine quelques semaines, je ne suis pas encore complètement ici visiblement, tout du moins dans ma façon de cuisiner…. plus habituée à trouver des fruits et des légumes à profusion, plus habituée à diner au moment ou le soleil se couche et pas encore habituée à allumer le chauffage….. 😉

et puis, c’est un moment un peu particulier que je n’avais pas cette année envie de passer sous silence ; Chez Dumè est né il y a maintenant 12 ans, suivi par quelques assidues, mis à jour à peu près régulièrement, il a le mérite d’exister ; merci à vous qui lisez mes histoires parfois sans queue ni tête 😉 et merci Toikimelis d’avoir l’extrême gentillesse de ne pas t’enfuir au vu de certaines photos….de mes débuts !

alors, pour joindre l’utile à l’agréable et parce qu’il faut envisager de penser à préparer les cadeaux gourmands de Noël voici la recette du rhum arrangé au chasselas de Moissac :

  • 1 bouteille de rhum  Blanc Traditionnel Charrette à 49°
  • 1 livre de chasselas de Moissac
  • 1 verre de sirop de sucre de canne
  • 4 gousses de vanille bien grasses et bien moelleuses
  • 2 petits grains de poivre de Voatsiperifery
  • 1 jus de citron (facultatif)

rhum arrangé au chasselas

  1. munissez-vous d’un grand bocal hermétique ;
  2. remplissez-le avec la bouteille de rhum ; j’ai fait cette préparation avec du rhum blanc que j’avais rapporté de la Réunion ; employez le rhum de votre choix mais il convient cependant d’utiliser un rhum convenablement tîtré en alcool ;
  3. versez le verre de sirop de sucre ; mélangez bien ;
  4. rincez le raisin à l’eau claire et égrenez-le dans le contenant ;
  5. rajoutez la vanille que vous aurez préalablement fendu ;
  6. n’oubliez surtout pas les 2 grains de poivre ; ils apporteront de la subtilité ainsi que de l’équilibre ; comme d’habitude ces temps-ci c’est le poivre sauvage de Madagascar qui trouve grâce à mes yeux ; sa saveur est fine et chaleureuse ; n’en rajoutez pas davantage sous prétexte d’accélérer  le processus car le rhum deviendrait imbuvable pour une personne de constitution normale… 😉 et vous ne pourrez plus l’utiliser qu’en cuisine ;

le rhum arrangé va très vite prendre une belle couleur ambrée grâce à la vanille et au poivre ; si vous souhaitez stopper ce processus et fixer la couleur, rajoutez le jus de citron ;

vous pouvez également utiliser du poivre de Kampot (Cambodge) 

visiblement au bout de 3 semaines de macération, il plait déjà beaucoup et… j’aime bien ça !

Attention: l’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

et sur Facebook...

You May Also Like

2 comments on “Rhum arrangé au chasselas de Moissac

  1. Bon anniversaire Dame Dume et bon courage pour les premiers frimas. Ça va bien se passer!
    Bises

  2. Mille mercis de tes encouragements jeune femme !

Participez à la conversation !