atelier de couture
atelier de couture

De sa main, sans cesse en mouvement elle a enroulé la haute natte en typhas, cette espèce de roseau qui pousse le long du fleuve Sénégal ; le chien de la maison d’à côté devait l’ennuyer et c’était le moyen qu’elle avait trouvé pour s’en prémunir tout en profitant du souffle d’air qui entrait par la porte grande ouverte ; ou alors elle tentait d’éviter cette fichue poussière qui s’infiltrait partout ;

lorsque ce léger vent cesserait, la chaleur lourde et enivrante reviendrait… pourtant, au bout de vingt années passées ici elle s’en accommodait ; tant d’années ici et quel chemin parcouru depuis sa lointaine province d’Europe… mais elle était parvenue à son but ;

atelier de couture

 

enfin ! à force de travail, elle avait acquis une petite notoriété ainsi qu’une très belle dextérité dans son domaine ;

patrons

elle aimait voir entrer les femmes, toutes les femmes ; les jeunes gazelles  aux jambes interminables, les femmes plus matures aux formes épanouies, les vieilles dames très dignes avec cette grâce qui leur appartenaient ;

elle aimait les écouter, les regarder, les détailler de son œil aguerri par les années ;

sa main frémissait déjà en attente du crayon de bois ; son esprit piaffait d’impatience car déjà les idées fusaient ; du « Poiret » dans la forme mais du stretch pour la modernité qui saurait parfaitement épouser ses formes fuselées ; ou peut être utiliser ce tramage de rubans entrecroisés cousu sur un fond noir… les couleurs un peu flashy, un peu année 80 mettraient merveilleusement son teint en valeur… plus tard, après un rapide crobar elle choisirait les étoffes au marché ou bien dans ses réserves de trésors amassés ; une ébauche en malikan, légère étoffe blanche achèverait de convaincre cette jeune femme qui traversait habituellement la vie de son pas décidé ;

Davantage de recettes ?  Regards sur cour

patron-en-malikan

 

elle savait, par expérience, que peu à peu elle les mettaient en confiance ; que de son seul coup d’œil enveloppant elle finirait par leur insuffler une certaine sérénité ;  leur faisant passer outre ces petits défauts qui parfois leur abimait l’existence ; elle les forçait à se découvrir et à s’aimer davantage ; tout doucement et là était sa force ;

J’aime bien ça !
j‘espère que ce billet que j’ai aimé écrire pour vous parler de l’atelier de couture de Johanna  vous permettra de m’attendre ; pour de sombres raisons médicales il est nécessaire que je rentre en Fronce ; je souhaite pouvoir vous dire à tout bientôt les amis…


et sur Facebook...
Please install and activate Powerkit plugin from Appearance → Install Plugins. And activate Opt-in Forms module.
7 commentaires
  1. Oh, j’ai sur tout de suite de qui tu parles! Johanna m’a créé des vêtements d’hiver avant que je quitte Dakar en décembre… Elle est fabuleuse. Un tout petit bout de femme qui dégage une énergie incroyable.

    Bon courage pour le voyage et le séjour, ma belle!

  2. Eh bien, j’espère que la France te remettra sur pieds et que tu pourras nous guider dans ce monde chaud et coloré que tu décris i bien..et, oui, je te souhiate la santé pour encore longtemps…des bisous, bon courage et bonb courage et des bisous…on t’attendra!

  3. merci jeunes femmes ;
    un petit souci d’osselets qui jouent au bilboquet…. du coup, j je rentre en first class ! je vous raconterai le menu, n’ayez crante…
    baci à toutes ;

Participez à la conversation !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.