Benja le fondeur d’alu, chroniques malgaches # 3 2


Si vous avez été à Madagascar sur la route d’Antsirabé, je suis sur que vous me connaissez ; je m’appelle Benja, j’habite à Ambatolampy  et je travaille à la fabrique de marmites en aluminium ;

artisans alu - 30

vous me connaissez car mon patron a un accord avec les chauffeurs des touristes ; c’est en quelque sorte un passage obligé ; ils arrivent tous dans leur jolies voitures et je leur fais une petite démonstration ; inlassablement, je leur montre comment réaliser ces petites marmites en alu qui ont fait la renommée de notre village ;

Au départ, c’était un atelier traditionnel et nous travaillions l’aluminium en général ;

c’est la spécialité de notre village en quelque sorte ; le village voisin est réputé pour ses confitures et le suivant pour ses jouets en bois ;

Nous nous sommes spécialisés dans les ustensiles de cuisine et nous réalisons beaucoup de minuscules marmites qu’ils utilisent pour mettre du sel et du poivre sur leur table ;

artisans alu - 25

Vous voulez que je vous montre à vous aussi ?

Suivez-moi, c’est par ici :


 

depuis la crise de 2009, la vie est de plus en plus difficile ici, et chacun doit continuer vaille que vaille ;

Et comme je ne suis que le «benja» (cadet) de la famille, ce n’est pas moi qui cultive la rizière de notre père ; c’est Tovo (celui qui a été recherché), mon frère aîné qui s’en occupe ; la vie est rude aussi pour lui ;

 

L'astuce du jour ? ne jamais conserver de nourriture dans des récipients en alu ; 
cela peut s'avérer très toxique ;

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Benja le fondeur d’alu, chroniques malgaches # 3