À PROPOS...

Vagabonde dans l’âme et voyageuse parfois par obligation, j’ai eu envie d’écrire il y a déjà longtemps ; le premier prétexte venu m’a intéressé et c’est pour cela que vous avez longtemps trouvé des recettes de cuisine ici ; un peu d’ici, un peu d’ailleurs selon l’humeur du moment et l’air du temps ;

Je trouve pour vous….
nunc vel, sem, non venenatis, adipiscing et, at dictum

Un court-bouillon fait-maison

1 2 3, basiques !
20 août 20091 Comment

Il  faut bien occuper les journées à Dakar ; non, ce n’est pas vrai, il y a toujours mille et une choses à faire et à dénicher !

aussi ai-je eu l’idée de préparer ces petits sachets très pratiques à l’usage ; ils sont tellement sympas que je les ai déjà plusieurs fois offerts à des coupines proches qui en facilement trouvées l’usage ;

 

Vous avez besoin

1 l d’eau

1l de vin blanc sec *

2 carottes en rondelles

100 g d’oignons en tranches fines

les queues d’un bouquet de persil **

quelques branches de thym

5 ou 6 feuilles de laurier

3 tiges de céleri

30 g de gros sel

25 g de grains de poivre ***

la liste est celle du véritable court-bouillon ;

versez l’ensemble dans un faitout et amenez à ébullition douce pendant un bon quart d’heure ;

* j’utilise de plus  en plus souvent de l’excellent vinaigre lorsque je n’ai pas de vin blanc sous la main ; je préfère cette technique plutôt que d’y mettre du  vin de “basse extraction”…   à Dakar, vu les tarifs de frêt du genre 1 bras et un oeil… dans ce cas là je diminue les proportions  : 1litre d’eau pour 20 cl de vinaigre ;

** les queues du persil ont autant de vertus odoriférantes que les feuilles elle-même ; cela vous permet d’utiliser les pluches pour saupoudrer le plat préparé ;

*** c’est la taille exacte d’une mignonette vendue en super marché ; souvenez-vous que le poivre noir est plus parfumé que piquant au contraire du poivre blanc qui a peu d’arômes mais pique davantage ;

je fais d’abord sécher les feuilles de cèleri au four à 100° C tout doucement pendant un petit moment ; lorsque elles sont presque sèches, rajoutez le thym et le laurier ;

je mixe dans un robot le cèleri, le thym et le laurier jusqu’à obtention d’une poudre ;  je les emballe dans une étamine style compresse médicale et  puis je termine par un ruban en coton de préférence ; vous pourriez faire la même chose avec le sel et le poivre ; je ne me hasarde pas à les mixer car j’aime bien voir le sel se dissoudre et les grains flotter dans le bouillon ; cela laisse la possibilité de retirer les grains si leur saveur est trop puissante ;

C’est la base de la cuisson de tous les crustacés et des poissons pochés ; je préfère souvent selon l’épaisseur du poisson arrêter la cuisson et mettre le poisson dans le liquide bouillant ; cela évite la “surcuisson “et ne le dessèche pas du tout ; c’est vrai cela prend un peu plus de temps… mais tout est question d’organisation, n’est-ce pas ?

et sur Facebook...

Vous aimerez aussi

rôti de porc
Le rôti de porc cuit en lenteur 14h, jus court et tubercules caramélisés
13 mai 2014
découper une volaille
De l’art de découper une volaille sans gaspillage #1
29 janvier 2014
cuisson douce d'un rôti
Cuisson douce d’un rôti de porc au flageolet
31 janvier 2012

Participez à la conversation !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

venenatis, consectetur libero dapibus dictum amet,