10 octobre 20087 Comments

sont parfois durs comme un coup de trique ; l’avez-vous remarqué ?

cela tient seulement à une cuisson pas adaptée ;

ils ne supportent que les deux extrèmes : soit longuement mijotés, soit au contraire « taf-taf » comme on dit ici ! à peine posés-retournés sur un grill bien chaud ;

mais ça je ne l’apprendrai ni aux assidus de l’excellent grimoire de Patrick, ni à mes lecteurs au Sénégal (je sais Diénaba qu’il t’arrive de passer par ici…) ;

mais, je me suis rendue compte que les placer quelques jours au congélateur avait tendance à les assouplir ;

essayez, vous m’en direz des nouvelles ;

n’étant pas la reine de la friture, j’ai tenté une « opération grillade » qui nous a tous séduits :

Vous avez besoin

  • 1 calamar
  • huile d’olive
  • sel & poivre du moulin
  • 1 jus de citron vert
  • 1 verre de farine
  • 1 verre de semoule moyenne

 

 

  1. après avoir nettoyé votre céphalopode comme à l’ accoutumée ; comment, vous ne l’avez jamais fait ? c’est pourtant pas bien compliqué…. on ouvre l’espèce de chapeau qui se trouve près des tentacules de la bestiole,
  2. on retire les viscères (que l’on jette ) et on coupe les tentacules au niveau des yeux ; il ne reste plus qu’à ôter le bec « corné » ; c’est fini ! ce n’est franchement pas sorcier et lorsque vous l’aurez fait une fois, vous n’aurez plus du tout envie de goûter ces « trucs » déjà découpés, vidés, nettoyés et trempés dans 78 bains de solutions plus ou moins catholiques…… autre bonne nouvelle, ne vous escrimez pas à enlevez la peau, elle contribue également aux saveurs du produit ;
  3. découpez en lanières ou comme ça vous chante ;
calamars

la prochaine fois, je couperai mon calamar en morceaux plus gros !

faites mariner le calamar dans  l’huile d’olive et le jus de citron vert une petite heure et assaisonnez ;

dans un sachet très propre, versez la farine & la semoule ; mettez-y le calamar et secouez, secouez avec l’énergie du désespoir…..

le mélange des deux ingrédients formera une petite croûte qui s’avèrera un vrai bonheur !

uniquement la saveur du produit avec un côté croustillant associé au moelleux de la chair et rehaussé par le citron vert ;

passez très rapidement sur un grill très chaud ;

c’est simple et délicieux ;

inutile donc de rajouter le jaune d’oeuf habituel dans ce genre de recette ;

vous pourrez l’utiliser pour monter une mayonnaise agrémenté de zestes de citron vert ;

que ce soit pour un apéritif dînatoire, un picnic sur canapé ou bien un brunch, ici le vin blanc sec s’impose ;

au fait, connaissez vous celui du Château la Courtiade ?

 

PS : qui a dit que je cuisinais toujours « for a crowd » ? 😉

 

et sur Facebook...

Vous aimerez aussi

Rouget grondin aux poivrons et chorizo
Rouget grondin aux poivrons et chorizo, rougail tomates
22 mai 2018
Conserve de petits poivrons en anti-pasti
Conserve de petits poivrons en anti-pasti
5 octobre 2017
Cocotte de porc à la soubressade et à la frita
Cocotte de porc à la soubressade et à la frita
28 septembre 2017

7 Comments

  1. Anonyme dit :

    J’ai rien dit, et j’en veux, avec plein de mayo citron vert.
    Au grill, bbq tu veux dire?
    Pour le vin, je ne suis pas douee, entre-deux-mers surement

  2. Anonyme dit :

    Chouette alors, j’ai bien fait de passer 🙂
    Bises et bon weekend!

  3. Patrick dit :

    Joile façon de traiter les calamars, je m’y essaierai à l’occasion! Trop forte cette Gracianne ;-))

  4. Anonyme dit :

    Tu prêches une convaincue ! Et moi, je suis une adepte de la cuisson « taf taf », comme tu dis si bien…

  5. Anonyme dit :

    oui, oui !

    au grill/bbq ; je l’ai fait sur un grill en fonte sur la cuisinière ;
    tu as raison :
    – la mayo/citron vert était.. parfaite ; manquait juste may be un peu de piment d’Espelette ;
    – la typicité d’un Entre-Deux-Mers est parfaite,
    – La Courtiade….. œuf corse ! et en plus de ma considération, tu gagnes 6 bouteilles de Château la Courtiade !
    à récupérer lors de tes prochaines vacances !
    🙂

Leave a Reply

vulputate, consectetur mattis Donec vel, elit. efficitur.